• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

La transition nutritionnelle au Vietnam : éclairages nouveaux à partir d’outils statistiques et économétriques récents

Le Vietnam a connu un fort développement de son économie ces trente dernières années. Ce développement a eu pour corolaire une triple transition démographique, épidémiologique et nutritionnelle. Les chercheurs des UMR MOISA et TSE-R se sont intéressés à cette dernière et ont développé des méthodologies économétriques originales pour apporter des éclairages chiffrés sur cette transition.

Vendeur de rue à Hanoi, Vietnam © Galyna Andrushko
Mis à jour le 19/04/2019
Publié le 13/04/2019

Contexte et enjeux

Depuis le lancement de la politique de réformes appelée Doi Moi lancée au milieu des années 1980, le Vietnam est passé du statut d’une des économies les plus pauvres dans le monde, au statut de pays à revenu moyen. La forte croissance économique que ce pays a connue, s’est accompagnée d’une triple transition démographique, épidémiologique et nutritionnelle. Comme les autres pays ayant connu les mêmes évolutions, le Vietnam fait face aujourd’hui au double fardeau de la malnutrition : non seulement à l’augmentation du nombre des individus en surpoids (surtout dans la population enfantine), mais aussi à la persistance de la sous-alimentation dans les zones rurales.

L’objectif des travaux présentés dans la thèse de doctorat en Mathématiques Appliquées de Mme Trinh Thi ont eu pour objet d’adapter des outils récemment développés en économétrie et statistique pour obtenir divers éclairages chiffrés quant à la transition nutritionnelle au Vietnam :

  • techniques d’estimation en économétrie non et semi-paramétrique
  • méthodes de choix de spécification
  • méthodes de décomposition en économie
  • analyse des données compositionnelles, ou Coda

La partie empirique des travaux réalisés a reposé sur l’utilisation de six enquêtes biannuelles sur les standards de vie des ménages vietnamiens, « Vietnam Household Standard Living Survey », réalisées par l’institut de statistique vietnamien, GSO, en, collaboration avec la Banque Mondiale. Cette enquête contient un volet « consommation » très détaillé qui a été utilisé pour calculer les prises caloriques par tête, totale et par macronutriments, des ménages vietnamiens.

La thèse a été encadrée par un professeur de statistique à TSE et un chercheur économiste de l’INRA. Il en est résulté les trois publications qui montrent que les politiques basées sur le revenu sont toujours d’actualité pour lutter contre la sous-alimentation au Vietnam. Ils soulignent l’importance de la prise en compte dans l’analyse des évolutions de la prise calorique, qu’elle soit totale ou déclinée en ses composantes nutritionnelles, de l’effet provenant du changement dans les préférences alimentaires (goût plus prononcé pour les produits sucrés ou encore laitiers, par exemple) en addition à celui provenant des changements dans la composition de la population (revenu moyen croissant, plus forte urbanisation,…).

Caractérisation de la relation entre la prise calorique et le revenu des ménages

L’article Trinh Thi et al., 2018a, publié dans World Development, met en évidence la forme concave de la relation entre la prise calorique par tête et le revenu par tête et, en cela, montre que l’application de politiques basées sur le revenu pour lutter contre la sous-alimentation est toujours d’actualité au Vietnam. Il existe en effet un seuil de revenu à partir duquel l’élasticité de la prise calorique devient stable alors qu’elle était croissante avant.

L’analyse de l’évolution croissante de la prise calorique moyenne entre 2004 et 2014 s’explique non seulement par l’évolution de facteurs sociodémographiques tels que la croissance de la dépense alimentaire ou encore la diminution de la taille moyenne des ménages vietnamiens, mais aussi par l’évolution des préférences alimentaires telle que capturée par l’évolution de la relation entre la prise calorique et le revenu. L’article montre qu’il ne faut donc pas négliger ce dernier élément dans l’étude des transitions nutritionnelles, comme cela est fait dans la plupart des travaux existants.

Evolutions de la prise calorique au Vietnam – une analyse par macronutriments

L’article Trinh Thi et al., 2018c, publié dans Economics and Human Biology, complète le précédent article en s’intéressant au détail de l’évolution des composantes de la prise calorique, à savoir les macronutriments. La consommation de calories provenant des protéines et des lipides s’est accrue non seulement en moyenne mais aussi aux différents quartiles de la distribution de ces prises. Celle de glucides est restée stable en moyenne mais avec une diminution du premier décile et une augmentation du dernier décile. Dans cet article, les résultats montrent :

  • l’importance de la prise en compte de l’effet dû à l’évolution des préférences alimentaires dans l’analyse de l’évolution des prises caloriques en termes de macronutriments, et non seulement pour l’évolution moyenne mais aussi celle des quantiles de la distribution de ces prises caloriques.
  • l’effet dû aux changements dans la population vietnamienne, principalement dû à la croissance des revenus et la diminution de la taille moyenne des ménages, est positif et l’emporte sur l’effet négatif provenant des changements dans les préférences dans le cas des protéines et des lipides. Ce résultat s’inverse dans le cas des glucides.

Relation entre facteurs socio-économiques et régime alimentaire

L’article Trinh Thi et al., 2018b, publié dans Statistical Methods for Medical Research, s’attache à la qualité de la diète telle qu’elle peut être mesurée par les parts relatives des macronutriments dans la prise calorique totale. Pour étudier l’impact des facteurs sociodémographiques sur la qualité de la diète, l’article propose d’utiliser des techniques récemment développées en analyse des données compositionnelles, ou Coda. Il s’agit de tenir explicitement compte du fait que l’objet que nous voulons expliquer est un vecteur de parts dont la somme est égale à un, et Coda a été développée pour ce type de données. L’application de Coda à l’analyse de la diète proposée dans le papier est la première à avoir été réalisée dans la littérature. Parmi les facteurs déterminants, la dépense alimentaire tient une part importante. L’article s’attache alors à montrer comment les élasticités de parts à la dépense alimentaire peuvent être calculées et utilisées pour analyser les substitutions entre macronutriments.

Perspectives

Dans la suite de ces travaux, les chercheurs se sont engagés dans l’exploration du lien entre indice de masse corporelle et qualité de la diète en Chine et au Vietnam. Ces analyses reposent sur l’utilisation de Coda en y introduisant comme variables explicatives de la variabilité de l’indice de masse corporelle non seulement les parts de macronutriments dans la prise calorique totale mais aussi cette dernière. Une telle approche permet de distinguer les effets des deux types de variables et de nuancer l’analyse de l’impact d’une variation dans une des parts selon que celle-ci ait lieu à prise calorique constante ou pas. A l’issue de la présentation de ces travaux, Mme Trinh Thi a reçu le prix de la meilleure contribution d’un jeune chercheur au congrès annuel de l’association des économistes vietnamiens, VEAM, en Juin 2019.
Toujours dans la continuité des recherches sur les transitions alimentaires au Vietnam, un projet sur l’analyse de l’impact du changement climatique sur le bien être des ménages vietnamiens, et, en particulier leur statut nutritionnel, a été récemment entrepris lors du séjour de Michel Simioni en tant que chercheur invité à l’antenne pour le Sud-Est asiatique du Centre International pour l’Agriculture Tropicale.  

Valorisation des résultats

Trinh Thi, H., Simioni, M. et C. Thomas-Agnan (2018a). “Assessing the nonlinearity of the calorie-income relationship: an estimation strategy - With new insights on nutritional transition in Vietnam.” World Development 110: 192-204,  https://doi.org/10.1016/j.worlddev.2018.05.030.

Trinh Thi, H., Morais, J. Thomas-Agnan, C. et M. Simioni (2018b). “Relations between socio-economic factors and nutritional diet in Vietnam from 2004 to 2014: new insights using compositional data analysis.” Statistical Methods in Medical Researchhttps://doi.org/10.1177/0962280218770223.

Trinh Thi, H., Simioni, M. et C. Thomas-Agnan (2018c). “Decomposition of changes in the consumption of macronutrients in Vietnam between 2004 and 2014.” Economics and Human Biology 31:259-275, https://doi.org/10.1016/j.ehb.2018.09.002.

Thèse en mathématiques appliquées, soutenue en juillet 2018 par Mme Huong Trinh Thi, Ecole Doctorale MITT (Toulouse): « Adapting recent statistical techniques to the study of nutrition in Vietnam. » http://www.theses.fr/2018TOU10010