• Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte
  • Imprimer

Nouveau numéro d'INRA Sciences Sociales n°1-2/2016 - Décembre 2016

Décembre 2016 : un nouveau numéro d'INRA Sciences Sociales est paru (1-2/2016) : "Volatilité des cours des commodités agricoles et politiques de stabilisation" par Fabienne Féménia et Christophe Gouel.

Stockage des blé à l'extérieur. Coopérative Union 18 Bourges.,. © Inra, PAILLARD Gérard
Mis à jour le 06/01/2017
Publié le 06/01/2017

Le retour d’une importante volatilité des prix agricoles au cours de la dernière décennie a relancé le débat sur les politiques de stabilisation des prix. Cette synthèse fait le point sur ce débat en se basant essentiellement sur les travaux issus des recherches du département SAE2 de l’Inra. Cette synthèse tente de répondre à trois questions. (1) Faut-il intervenir avec des politiques de stabilisation des prix ? Cela implique, dans un premier temps, de s’intéresser à l’optimalité de la dynamique des prix et donc de revenir sur le débat ancien entre modèles à dynamique endogène (cobweb) et modèles à anticipations rationnelles. Dans un second temps, se pose la question de la capacité des agents à faire face au risque de prix et aux bénéfices qu’ils pourraient retirer d’une stabilisation des prix. (2) S’il est justifié d’intervenir, comment le faire ? Il s’agit là d’analyser la conception des politiques de stabilisation : la meilleure manière d’intervenir en combinant politique de stockage et politique commerciale pour un objectif donné. Ces interventions optimales sont ensuite mises en perspective par rapport aux politiques effectivement utilisées dans le passé. (3) Comment limiter les effets déstabilisateurs de ces politiques sur le plan international ? Des politiques qui font sens du point du vue d’un pays peuvent en effet être dommageables aux pays tiers. Pour limiter les effets négatifs, il est important de comprendre dans quelle mesure ces politiques peuvent faire l’objet d’accords internationaux. Pour l’instant, les conclusions de la recherche sont plutôt pessimistes : une coordination internationale sur des politiques commerciales contra-cycliques moins interventionnistes est peu probable.